*

TDAH TDAH

Les 5 pires ennemis de la concentration

Dans un monde où l’on vit de plus en plus vite, toujours branché et constamment stimulé, c’est peut-être inévitable d’avoir plus de difficulté à demeurer concentré sur certaines tâches… Voici quelques-uns des pires ennemis de la concentration :

  1. Le stress

    En plus de polluer votre esprit et de l’encombrer d’une foule de pensées récurrentes et désagréables, le stress affecte votre corps et crée toutes sortes de petits bobos (des épaules raides, des maux de tête, des palpitations, etc.) qui vous dérangent et affectent votre capacité à rester concentré. La solution : hmmm, pas évidente, celle-là! Le stress a déjà été étiqueté « mal du siècle », après tout. Mais de nombreuses techniques de relaxation peuvent vous être utiles, avec une mention particulière pour la méditation, qui peut vous aider à dompter vos pensées.

  2. La fatigue

    Le manque de sommeil attaque rapidement votre capacité à vous concentrer, en plus de réduire votre mémoire à court terme. Et pas besoin de passer longtemps sur la corde à linge : même après une seule nuit écourtée, vous ressentez les effets du manque de sommeil. La solution : dormez! Couchez-vous plus tôt, faites la sieste, éteignez vos écrans…

  3. La faim

    Sans carburant, votre cerveau peine à se concentrer. La solution : lui donner une source d’énergie constante en déjeunant et en mangeant bien.

  4. Les courriels

    Ils s’invitent dans votre ordi à un rythme d’enfer, déclenchent des fenêtres d’avertissement, des bruits de toutes sortes, vous invitant chaque fois à tout laisser tomber pour les lire et y répondre. La solution : consultez-les une fois l’heure, ou pendant une pause (avant Facebook?), puis fermez votre logiciel de messagerie électronique, étouffant ainsi les clochettes diaboliques jusqu’à ce que vous ayez fini ce que vous faites.

  5. Les médias sociaux

    Avec leurs mises à jour constantes, les médias sociaux peuvent facilement vous éloigner de ce que vous êtes en train de faire plusieurs fois l’heure. La solution : ne consultez Facebook, Twitter et compagnie que pendant les pauses et évitez de les garder en arrière-plan lorsque vous travaillez.